Saveurs d’ailleurs

Il suffit parfois de peu de choses pour entamer un voyage : une épice, un goût bien spécifique et nous voilà à l’autre bout du monde. Italien, arménien, japonais, indien… Ces restaurants vous promettent le dépaysement gustatif.

Yoshi, l’événement de l’année à Monaco. Le restaurant japonais de Joël Robuchon s’impose comme une référence en la matière.

Yoshi, l’événement de l’année à Monaco. Le restaurant japonais de Joël Robuchon s’impose comme une référence en la matière.

Lucie Panossian et le Restaurant Arménien, c’est l’histoire d’une passionnée et de la cuisine d’un pays. Une histoire qu’il faut découvrir, installé à sa table, les papilles en éveil.

Kamogawa, à Nice. Le Japon dans la décoration et dans l’assiette.

Lorsque nos voisins transalpins se mettent en tête de nous séduire, ils n’y vont pas par quatre chemins, ils exportent leur cuisine et nous prennent par les sentiments. A Nice, avec l’Auberge de Théo, c’est toute la convivialité italienne qui se met en scène. Dans l’assiette, des recettes copieuses qui déclinent pizzas, pâtes…. A Cannes, Il Rigoletto s’est installé dans une jolie maison et le chef mitonne un succulent foie de veau à la vénitienne, des spaghettini aux gambas poêlés à l’huile d’olive et l’incontournable risotto aux pointes d’asperges. Que serait Monaco sans Polpetta ? Les frères Guasco n’ont rien changé depuis plus de vingt-cinq ans et personne ne songe à s’en plaindre. Mais l’événement de 2008 a eu pour nom Yoshi, le nouveau restaurant japonais de Joël Robuchon, au sein de l’Hôtel Métropole. Déco, uniformes, service, tout a été pensé comme là-bas, le personnel allant jusqu’à se déplacer sans le moindre bruit. Sur la carte : des sushi, des sashimi, des teppan-yaki et toute une farandole de spécialités concoctées avec doigté. Sans aucun doute, l’adresse la plus chic de la Côte. Moins grandiose certes, mais tout aussi accueillante, l’ambiance de Kamogawa rappelle que le Pays du Soleil Levant prône la zen attitude. Dans les bols et autres contenants, des niguini, des maki, sushi et autres sashimi, des teriyaki (grillades) et des tempura (beignets). Le Banh-Hoi, à Saint-Tropez élargit l’offre et ajoute aux recettes japonaises celles thaï et vietnamiennes : soupe tonkinoise au bœuf, filet de bœuf grillé sauce sateh, raviolis au porc et champignons. Pour les inconditionnels des productions bollywoodiennes, le Delhi Belhi restitue l’atmosphère de la capitale indienne. On rêve de partir en se régalant de samossa, de tandoori chicken et de pain naan, avant de siroter un café ou un thé massala aux quatre épices. Et l’Afghanistan ? Un périple sur ses terres semble quelque peu risqué ; raison de plus pour se consoler à l’Amou-Daria, sur le port de Nice, en savourant les traditionnelles aubergines au yaourt et fromage blanc, le bœuf mariné aux épices et les ravioles vapeur fourrées aux épices. L’Arménie, c’est Lucie Panossian qui vous la racontera, avec emphase et entrain ; chez elle, chaque plat a une histoire. Au hasard de son impressionnante carte : des tapas façon mezzés (beleks, caviar d’aubergines, keshkegs…), des boulettes de bœuf aux herbes, des kamyas et… des loukoums. Il avait été le premier restaurant mexicain cité par Gault et Millau en France. La salle est exigüe, la foule s’y presse toujours et il vaut mieux réserver pour espérer s’y attabler. N’hésitez pas : les fajitas sont délicieuses, et les margaritas enivrantes (à consommer avec modération). Chez Lalla Chama ben Moulay, au Palais Jamaï, vous serez servi comme un roi. Au menu, outre la délicatesse et l’ingéniosité, c’est toute la richesse d’un pays que l’on apprécie : tajines, pastillas et couscous (osez celui accompagné des vingt huit épices orientales). Une fois ces petites excursions gustatives terminées, rien ne vous empêche de vous rendre dans l’agence de voyage la plus proche pour revivre l’expérience au cœur même du pays.

Carnet

Amou-Daria, 26 quai Lunel, Nice (04 93 55 09 35). Palais Jamaï, 3 quai des Deux-Emmanuel, Nice (04 93 89 53 92). Delhi Belhi, 22 rue de la Barillerie, Nice (04 93 92 51 87). Kamogawa, 18 rue de la Buffa (04 93 88 75 88). L’auberge de théo, 52 av. Cap de Croix, Nice (04 93 81 26 19). Le Poco Loco, 2 rue Dalpozzo, Nice (04 93 88 85 83). Il Rigoletto, 60 bd d’Alsace, Cannes (04 93 43 32 19). Le Restaurant Arménien, 82 La Croisette, Cannes (04 93 94 00 58). Yoshi, Métropole Monte-Carlo, 4 av. de la Madone, Monaco (00 377 93 15 13 13). Polpetta, 2 rue Paradis, Monaco (00 377 93 50 67 84). Le Banh-Hoi, 12 rue du Petit Saint-Jean, Saint-Tropez (04 94 97 36 29).

Par Cécile Olivéro