Monaco, un marché ultra dynamique
Monaco, un marché ultra dynamique
scroolDot

Monaco, un marché ultra dynamique

Le deuxième plus petit état du monde derrière Le Vatican a le vent en poupe. Les constructions vont bon train faisant le bonheur d’une clientèle internationale fortunée. La Principauté Monégasque, qui n’a de cesse de se renouveler, a décidément une place à jouer sur la cartographie mondiale des « place to be ».


Au début de l’année 2019, L’Institut Monégasque des Statistiques compte 1496 bâtiments, soit 3,16 millions de mètres carrés. Au cours de la dernière décennie, 53 immeubles démolis sont remplacés par 60 constructions neuves. Parmi les symboliques chantiers figurent le One Monte-Carlo - qui augmente de près de 4000 m2 la surface commerciale du Carré d’Or - et les tours Les Giroflées et Le Stella, en lieu et place de maisons. Depuis 2010, sept nouveaux bâtiments de plus quinze étages voient le jour... Le signe que la Principauté se développe à la verticale. 61 % des constructions sont dédiées à la résidence. L’hôtellerie se concentre à Monte-Carlo et au Larvotto. La majorité des surfaces industrielles se trouvent à Fontvieille. Contenir la pression démographique… La Principauté relève le défi avec l’extension en mer. Six opérations ont déjà eu lieu. Le Portier, en cours, arbore 6 ha et 60.000 m2 de surface utile. Au total, le gain sur la Méditerranée aura permis l’édification de 840.000 m2, soit 26 % du bâti.

L’Observatoire de l’Immobilier témoigne d’une année 2018 des plus dynamiques. La livraison des 89 appartements du Stella, répartis en quatre blocs, donne un coup de fouet au marché du neuf, même si les surfaces restent limitées au regard de la préférence des acquéreurs pour les grands espaces. L’ancien présente également des chiffres à la hausse, qu’il s’agisse du nombre de transactions ou du prix moyen, en augmentation de 14 %. « Les marchands de biens se révèlent particulièrement actifs », précise Laurent Locchi de Miells & Partners. « Si le parc immobilier se refait une beauté au grès des rénovations, les prix montent. Seuls les studios pâtissent d’une réelle désaffection. D’autant que la politique de délivrance des cartes de résidence est de plus en plus restrictive. Les familles plébiscitent les trois, quatre et cinq pièces, les prestations haut de gamme et les résidences telles que la Tour Odéon. » A Monaco, la surface, l’étage, la vue et le standing de l’adresse font le prix. La rénovation est un déclencheur d’achat, un accélérateur. Les Italiens, certes moins nombreux que par le passé, apprécient la destination. Les Russes déjà installés sont restés. D’autres s’intéressent au micro-état, quand les Européens du Nord demeurent fidèles à la Principauté. Les derniers mois ont été particulièrement intenses en termes de construction. Si les nuisances visuelles et sonores ont prévalu, les premières livraisons arrivent enfin sur le marché.

bienDexception
Dans le quartier du port et à deux pas du casino, ce magnifique trois-pièces, orienté au sud et entièrement rénové, affiche 111 m2, prolongés par 12 m2 de terrasse sur la Grande Bleue et le circuit de F1. 9,3 M €. John Taylor (00 377 93 50 30 70).

bienDexception
Cet appartement du Mirabeau, au sein du quartier du Carré d’Or, arbore 181 m2 (deux chambres) et profite d’une vue imprenable sur la côte et sur le virage en épingle du Fairmont fort apprécié des férus de Formule 1 et sur le casino. Plus de 15 M €. Rosengart Real Estate (OO 377 93 50 00 30).

bienDexception
Sur l’avenue Princesse Grace, à l’entrée du Larvotto, La Réserve, un immeuble de standing situé à deux pas des plages, recèle un appartement de 230 m2 (trois grandes chambres), en cours de rénovation, avec cave et parking. 21,9 M €. Miells & Partners (00 377 97 97 79 12).

« Gouvernement monégasque et investisseurs privés œuvrent au développement quotidien de la principauté », s’enthousiasme Christian Rosengart de Rosengart Luxury Real Estate. Les transactions se situent entre 40.000 € et 100.000 €/m2 au cœur du quartier historique de Monte-Carlo. Tout secteur confondu, le mètre carré moyen dépasse 48.000 € en 2018. Les surfaces acquises sont plus importantes. Les studios n’ont plus la cote. Les grands volumes, anciens ou dans les programmes livrés prochainement, tiennent le haut de l’affiche avec un prix qui augmente au même rythme que la superficie. « Monte-Carlo reste le quartier le plus dynamique en matière de transactions frôlant le milliard d’euros de chiffre d’affaires l’an passé - 950,2 M € exactement, une année record des ventes pour le quartier. Les familles aiment aussi Saint-Roman, le deuxième secteur du pays quant au nombre et au montant de transactions, et Fontvieille, ses parcs, ses écoles, son ravissant port et ses nombreux espaces piétons. Jardin Exotique présente d’importantes disparités entre le neuf et l’ancien. » Les acheteurs exigent désormais un haut niveau de prestations : un parking en sous-sol, une conciergerie 24h/24 et une domotique dernier cri. Soit un immobilier qui répond aux standards des mégapoles internationales. Tous apprécient la qualité des infrastructures d’accueil, le « bien vivre » en Principauté et évidemment la fiscalité avantageuse.

« Le Carré d’Or, le port et le quartier des plages remportent tous les suffrages », remarquent Luciana Lebon et Eugenia Petrini de La Costa Properties Monaco. La clientèle aime les superficies généreuses, le luxe et les vues sur la mer. Le ticket d’entrée du haut de gamme démarre à 60.000 €/m2. Familles et marchands de biens sont actuellement les meilleurs clients. L’heure est à l’optimisme. De la création du One à la restructuration de l’Hôtel de Paris... Autant de signes forts de dynamisme économique.


Ecrit par
Laetitia Rossi