Émile Garcin, portrait de famille
Émile Garcin, portrait de famille
scroolDot

Émile Garcin, portrait de famille

L’épopée ressemble à un roman d’Alphonse Daudet. Elle démarre en Provence, par l’ouverture d’une petite agence à Saint-Rémy et s’orchestre sur deux générations : Émile, le père, Nathalie, Emmanuel et Antoine, les enfants, se présentent comme les antiquaires de l’immobilier.


L’histoire débute dans les Alpilles et le Luberon. Esthète et autodidacte, Émile Garcin est d’abord un humaniste. Il se nourrit des rencontres quotidiennes, écoute beaucoup et comprend l’autre de manière quasi intuitive. A cette époque, la confiance prévaut et les compromis se signent sur un coin de table. Cette vision très personnelle de l’immobilier, il la transmet à ses enfants à partir des années 1980. « Très vite, la jeune génération entrevoit le potentiel et s’emploie à développer le groupe, en quête de perles rares, d’immobilier de caractère, de pierre patinée par les ans dans leur région de prédilection, mais aussi à Paris, sur la Côte d’Azur, le littoral basque, dans le Bordelais et en Bretagne. Des secteurs français à l’identité forte, qui préfigurent les ouvertures en Suisse et en Belgique », narre Emmanuel. 150 collaborateurs œuvrent désormais à la destinée Garcin. Emile reste le président honoraire du groupe familial. Et la fratrie se partage les fiefs stratégiques : Nathalie à Paris, Emmanuel en Provence et Antoine sur la Côte d’Azur. Sans oublier les collaborateurs grâce auxquels l’aventure a encore de belles années devant elle. « La gourmandise commence quand on n’a plus faim », en citant Alphonse Daudet Emmanuel rappelle que c’est par plaisir que l’on exerce le mieux ce métier. D’ailleurs, la porte est toujours ouverte, pour les clients comme pour les collaborateurs. A chaque inauguration, une promotion interne, un lien de confiance réciproque qui se concrétise. La crise sanitaire promeut la maison de famille qu’elle se dresse en rase campagne ou en bord de mer. Tous reviennent de leur envie d’international, rêvent d’espace, d’intimité, d’extérieur, d’un endroit rassurant où se retrouver. D’autant que l’explosion forcée du télétravail a fait évoluer les mentalités. C’est le grand retour des terroirs et de la quête de qualité de vie. Une tendance que nous avions déjà observée en 2019. Bastide aixoise, appartement haussmannien prolongé par une terrasse ou manoir... Tout est désormais question de goût comme si les distances avaient disparu.

www.emilegarcin.fr

bienDexception
La famille Garcin, deux générations d’amour de la pierre.

bienDexception
Cette propriété de 1,8 ha, avec piscine, jardin paysager et champs d’oliviers, offre une vue unique sur les Alpilles. Entre 5 et 7 M € (04 90 92 01 58)

bienDexception
Sur la Côte d’Azur, cette propriété du XVIIIe siècle classée Monument Historique arbore 1300 m2 répartis entre la maison principale, l’annexe, les anciennes écuries et la chapelle dans un parc de 2 ha. Entre 9 et 12 M € (04 97 97 32 10).


Ecrit par
Laetitia Rossi