Rendez-vous Culturels

Tout au long de l’année de nombreuses expositions, pièces de théâtre et autres manifestations.
Gros plan sur une activité culturelle florissante.



Le nouveau musée de la Gendarmerie et du Cinéma de Saint-Tropez met à l’honneur l’icône tropézienne absolue : Brigitte Bardot. Un vibrant hommage lui est rendu à travers une grande série de photographies inédites, réalisées le plus souvent par des photographes locaux ou amateurs. La star s’y dévoile dans les lieux phare du Saint-Tropez des années 1960 (le Gorille, le Café des Arts, le Club 55, le Voom Voom, la boutique Choses...) seule ou en compagnie de personnalités qui elles aussi ont laissé leur empreinte dans les mémoires tropéziennes : Françoise Sagan, Roger Vadim, Eddie Barclay... Jusqu’au 15 janvier 2018. Musée de la Gendarmerie et du Cinéma, place Blanqui, Saint-Tropez (04 94 55 90 00).

Chez Balenciaga, le noir, plus qu’une couleur ou même une non couleur, est une matière vibrante, tour à tour opaque ou transparente, mate ou brillante, qui doit autant à la somptuosité des tissus qu’à l’apparente simplicité de ses coupes. Noire, l’irrigation de Balenciaga puisant les racines de son œuvre dans l’Espagne de son enfance. Noires, les centaines de créations présentées dans cette exposition : chic couture. Jusqu’au 16 juillet, Musée Bourdelle, 18 rue Antoine Bourdelle, Paris 15 (01 49 54 73 73).

À la tête du théâtre Anthéa à Antibes, Daniel Benoin s’est donné un défi de taille : mettre en scène l’opéra le plus joué au monde. « Je l’ai imaginé dans un opéra à l’italienne, dans un stade ou des arènes et, bien sûr, sur la scène d’Anthéa » explique ce grand homme de théâtre, vice-président du comité des Molières. Interprété par l’orchestre philarmonique de Nice, cet opéra mythique de Georges Bizet promet d’être l’un des grands événements culturels du printemps. Les 5, 7 et 9 avril. Théâtre Anthéa, 260 avenue Jules Grec, Antibes (04 83 76 13 13).

Cette exposition, à l’occasion du centenaire de la mort d’Auguste Rodin (1840-1917), renouvelle le regard porté sur ce géant de la sculpture mondialement célèbre, en mettant en évidence son univers créatif, ses rapports avec le public et la manière dont les sculpteurs se sont appropriés son esthétique. Riche de plus de 200 œuvres, l’exposition retrace avec brio la vie du maître unanimement salué comme celui qui a rendu vie à la sculpture. Du 22 mars au 31 juillet, Grand Palais, 3 Avenue du Général Eisenhower, Paris 8 (01 44 13 17 17).

Comme chaque année, cet élégant salon rassemble plus de 20.000 visiteurs amateurs, collectionneurs, décorateurs et passionnés d’art et d’antiquités. Face au port d’Antibes, cette 45e édition présentera des pièces exceptionnelles sur les stands des 120 exposants : marchands d’art, antiquaires de renom, galeristes internationaux et artisans d’art (ébénistes, marqueteurs, bronziers, céramistes, doreurs...). Du 15 avril au 2 mai. Esplanade du Pré des Pêcheurs, Port Vauban, Antibes (www.salon-antiquaires-antibes.com).

Cette exposition invite à revisiter les scandales qui ont présidé les grands tournants de l’histoire de la mode du XIVe siècle à nos jours. À travers plus de 400 vêtements et accessoires, portraits, caricatures et petits objets, le visiteur explore les prises de libertés et les infractions faites à la norme vestimentaire. Pantalon féminin, jupe pour homme, décolletés plongeants, smoking pour femme, mini-jupe, jeans troués, baggy… Tous ont marqué une rupture. Jusqu’au 23 avril. Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris 1 (01 44 55 57 50).

Festival très attendu chaque année par tous les amoureux de musique classique, le Printemps des Arts offre à Monaco, une programmation d’exception en divers lieux traditionnels et insolites en Principauté ainsi qu’au sein de quelques communes voisines. Huit orchestres et ensembles, vingt-six solistes et une dizaine de chanteurs lyriques font le déplacement. Cette année, le festival lance son label afin de proposer des enregistrements professionnels permettant de conserver la mémoire de ces grands moments musicaux. Du 17 mars au 8 avril. Monaco (www.printempsdesarts.mc).

Conçue spécialement pour le nouveau Musée de la Photographie de Nice, cette exposition a été réalisée en collaboration avec la Fondation Helmut Newton de Berlin. Elle rassemble un ensemble d’images iconiques du sulfureux photographe connu pour ses clichés de femmes mêlant avec finesse mode, sensualité et un érotisme parfois violent. Ses photos de mode sont parues dès la fin des années 1950 dans de nombreux magazines dont Playboy et Vogue. Du 17 février au 28 mai. Musée de la Photographie Charles Nègre, 1 place Pierre Gauthier (www.museephotographie.nice.fr).

La nouvelle galerie du Suquet accueille une exposition de 30 photographies signées Boris Wilensky. Ce nouveau lieu d’expression créative installé dans les locaux insolites de l’ancienne morgue de la ville de Cannes se fait l’écrin de ces œuvres d’art photographique entrainant le spectateur dans un voyage au Japon à l’ère post Fukushima. L’artiste créé un duel entre humanité et urbanité.Jusqu’au 28 mai. Suquet des Art(iste)s - Résidence d’artistes, 7 rue Saint Dizier, Cannes (04 97 06 44 90).

Artiste paysagiste azuréen, Henri Olivier propose un regard personnel sur les espaces du musée Chagall à Nice. Attentifs aux jeux d’ombres et de lumière, l’artiste installe ses œuvres entre intérieur et extérieur créant un subtil dialogue avec le bâtiment, son jardin et la collection du musée.

Re­connu dès ses débuts pour ses photographies de mode, Richard Avedon a développé au long de sa vie une œuvre exceptionnelle, jalonnée de rencontres avec des stars françaises ou travaillant en France. L’exposition, qui rassemble près de 200 images, raconte l’attachement profond pour la France de l’un des plus grands photographes américains de la 2e moitié du XXe siècle. Jusqu’au 26 février. BnF François Mitterrand, quai François Mauriac, Paris 8 (01 53 79 59 59).

Dans ce ballet, deux danseuses que tout semble opposer deviennent les deux faces d’un même miroir. Dirigé et dansé par la célèbre chorégraphe Bianca Li, accompagnée de la danseuse Maria Alexandrova, le spectacle en douze séquences se déroule dans un cube de lumière, entre chaos et harmonie. Les costumes sont signés Azzedine Alaïa, Jean-Paul Gaultier et Stella McCartney. Les 28 février et 1er mars. Théâtre Anthéa, 260 avenue Jules Grec, Antibes (04 83 76 13 13).

Organisé de façon thématique et chronologique, ce nouvel accrochage des collections du musée permet de découvrir les sources d’inspiration du peintre à travers le prisme de l’intime. Ce parcours inédit réunit une soixantaine d’œuvres dont, pour la première fois, de nouvelles acquisitions ainsi que quelques prêts exceptionnels de collectionneurs privés. Pierre Bonnard (1867 - 1947) est un peintre français majeur du début du XXe siècle. Il est l’un des fondateurs du mouvement Les Nabis avec entre autre Édouard Vuillard. Jusqu’au 23 avril. Musée Bonnard, 16 boulevard Sidi Carnot, Le Cannet (04 93 94 06 06).

Son influence n’a cessé de grandir ses dernières années. Né en 1926 à Nuremberg, Gustav Metzger a contribué dès l’aube des années 1960, à la redéfinition de l’art, explorant de nouvelles modalités de créations et ancrant sa démarche dans les grands enjeux de son époque. À l’instar des Nouveaux Réalistes, il est connu pour ses œuvres articulées à partir d’objets du quotidien et de matériaux industriels amenés à se dégrader. Du 11 février au 14 mai. MAMAC, place Yves Klein, Nice (04 97 13 42 01).

La diva Cécilia Bartoli renoue avec un de ses premiers rôles, lorsqu’elle se fit remarquer au Metropolitan Opera de New York en 1996. Chef d’œuvre de Rossini, La Cenerentola s’inspire du conte Cendrillon de Charles Perrault. Entre rires et émotions, cette coproduction avec l’Opéra de Monte-Carlo est une délicieuse façon de débuter l’année en toute légèreté. Du 4 au 7 février. Grimaldi Forum, 10 avenue Princesse Grace, Monaco (00 377 99 99 20 00).

Monaco accueille un nouveau salon international de l’automobile à ciel ouvert organisé par la société Expo Monaco. Les véhicules propres, innovants et de prestige seront à l’honneur au sein de stands répartis dans toute la principauté. Des navettes électriques conduiront les visiteurs d’un espace à l’autre. Du 16 au 19 février. Monaco. www.salonautomonaco.com

Entre émotion et sensorialité, cette nouvelle institution culturelle propose un parcours original, à la fois pédagogique et ludique pour appréhender l’univers du parfum et dévoiler ses mystères. Dans un hôtel particulier de 1400 m2 planté sur l’élégante rue du Faubourg Saint- Honoré qui a abrité au XIXe siècle la demeure d’Antoine-Marie Roederer et plus récemment la maison de couture de Christian Lacroix, cette splendeur de musée retrace l’histoire des parfums depuis l’Egypte des pharaons jusqu’à nos jours. Sublime. Grand musée du Parfum, 73 rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris 8. www.grandmuseeduparfum.fr

L’œuvre du britannique Stanley William Hayter est considérée comme l’une des plus importantes dans le domaine de la gravure. L’Atelier 17 qu’il créa à Paris en 1927 a d’ailleurs permis à la génération des avant-gardes du XXe siècle (Miro, Picasso, Masson…) de s’initier à cette technique. Parallèlement à la rétrospective qui lui est consacrée au Metropolitan Museum à New York, Cannes présente en exclusivité un ensemble de 120 œuvres. Jusqu’au 30 avril. La Malmaison, 47 boulevard de la Croisette, Cannes (04 97 06 44 90).

Sur scène ou en apesanteur, les danseurs de ce ballet contemporain jouent avec des images animées, générées en direct. Mis en scène par Claire Bardainne et Adrien Mondot, ce show futuriste offre une réjouissante puissance émotionnelle. Une spectacle féérique hautement esthétique et subtilement orchestrée. Le 28 janvier. Palais des Festivals et des Congrès, Cannes (04 92 98 62 77).

Fondé en 1919 à Weimar, dissout en 1933 à Berlin face à la montée du nazisme, le Bauhaus est une école d’enseignement artistique qui s’est imposée comme une référence incontournable de l’histoire de l’art du XXe siècle. Plus de 900 œuvres, objets, pièces de mobilier, textiles, dessins, maquettes et peintures replacés dans leur contexte historique, témoignent de l’extrême richesse de ce courant faisant écho à l’artisanat et à l’industrie. Until February 26th. Les Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris 1 (01 44 55 57 50).