Loft : l'attraction de l'espace

Conservant leur côte d’amour, les lofts attirent une clientèle de parisiens amateurs du genre en quête de grands volumes. Familles, couples, artistes séduits par l’esthétique de ces lieux insolites au charme intemporel, sont prêts à débourser de fortes sommes pour leur acquisition qui relève souvent du coup de foudre.

Situé à proximité du marché Saint-Martin, ce superbe loft de 323 m2 occupe les murs d’une ancienne manufacture. Au rez-de-chaussée, il compte une entrée ayant conservé l’ancien monte-charge, un salon et une chambre de maître. A l’étage inférieur, se déploie une grande pièce de réception chapeautée d’une immense verrière, une cuisine dînatoire, deux chambres et un spa avec piscine, jacuzzi et sauna. 3.140.000 €. Daniel Féau 9e (01 55 31 94 70).

Situé à proximité du marché Saint-Martin, ce superbe loft de 323 m2 occupe les murs d’une ancienne manufacture. Au rez-de-chaussée, il compte une entrée ayant conservé l’ancien monte-charge, un salon et une chambre de maître. A l’étage inférieur, se déploie une grande pièce de réception chapeautée d’une immense verrière, une cuisine dînatoire, deux chambres et un spa avec piscine, jacuzzi et sauna. 3.140.000 €. Daniel Féau 9e (01 55 31 94 70).

Situé dans une rue calme à proximité des Buttes-Chaumont, cet ancien garage réhabilité en maison-loft offre sur 3 niveaux et 340 m2 de sublimes espaces de vie comptant un très beau séjour de 82 m2 avec cheminée et cuisine. Ce bien d’exception disposant de 2 chambres, fait aussi le cadeau d’une belle terrasse de 61 m2 située au deuxième étage et d’un jardin d’hiver au premier. 2,9 M €. Espaces Atypiques Paris rive droite (06 61 05 19 75).

Lové au calme dans une petite rue, ce beau loft familial situé dans un ancien atelier de 177 m², bénéficie de très beaux volumes et de matériaux de qualité. Il se compose d’un ensemble de réception comprenant une cuisine de 90 m², un bureau en mezzanine, deux chambres avec dressings ainsi qu’un sauna au niveau inférieur. 1.650.000 €. Daniel Féau 9e (01 55 31 94 70).

Secteur de niche, les anciens garages, usines, boutiques… réhabilités en habitation à destination des particuliers, sont constellés çà et là dans Paris et surtout dans sa proche banlieue comme l’explique Julien Haussy fondateur et gérant du réseau Espaces Atypiques. « Ces anciens locaux autrefois dédiés au travail et aujourd’hui transformés en loft, sont particulièrement présents dans les quartiers nord-est de Paris et dans le département 93, comptant entre autres les communes de Saint-Ouen, Montreuil et Pantin. Toutefois ce type de produits est rare à la vente, il y a peu d’offre sur le marché par rapport à la demande. Les prix sont évidemment établis en fonction de la localisation. Dans le 11e par exemple, on va être sur une fourchette avoisinant les 10.000 € alors que dans le 93 les prix moyens sont entre 5000 et 7000 €/m2. Sachant que pour un loft ayant bénéficié d’une belle transformation et situé dans les quartiers prisés de Paris, on peut facilement grimper à 15.000 €/m2. Dernièrement nous avons vendu dans le Marais, rue Charlot, un très beau loft de 250 m2 à 2,6 M €. A titre de comparaison, une de nos dernières ventes à Montreuil concernait un loft contemporain de 130 m2 prolongé d’une terrasse de 20 m2 qui s’est vendu à 750.000 € ».

Forts de caractéristiques qui viennent rompre avec le côté classique de l’appartement haussmannien, les lofts ne s’adaptent pas à tous les profils et remportent la mise s’ils ont été habilement réaménagés comme le souligne Christophe Thibaudeau de l’agence Daniel Féau : « C’est le niveau de rénovation et le travail de l’architecte qui vont être déterminant dans l’attraction et le prix de ce type de produit. C’est le cas pour celui proche du marché Saint-Martin que nous proposons actuellement à la vente à 3.140.000 € qui se distingue par une restructuration parfaite et des travaux de grande qualité qui compte en prime un espace bien-être avec une piscine, un atout rare à Paris. Les lofts qui ont connus un grand succès dans les années 90’, se monnayent aujourd’hui à prix fort dans Paris et dépassent largement les prix du marché d’un rez-de-chaussée lambda. Il y a des réalisations remarquables aux prestations haut de gamme qui emportent tout de suite la conviction des acquéreurs à haut pouvoir d’achat. Toutefois, si les Parisiens aiment les grands volumes, ils sont moins friands des espaces entièrement décloisonnés à l’inverse des Américains dont c’est la culture. Les Français veulent des chambres cloisonnées. Autre bémol, la lumière zénithale qui peut parfois être un problème : c’est une lumière très particulière qui ne plait pas à tout le monde ».

Par Sandra Serpero