Ferrari California T, encore plus maniable

Un V8 de 580 chevaux sous le capot et un toit rigide escamotable, la 2 + 2, lancée en 2009, ne cesse de conforter une cible nouvelle pour la marque au cheval cabré, s’offrant cette fois l’option Handling Speciale (HS).

Ferrari California T
Motorisation : V8 à 90° et à injection directe
Puissance : 560 ch
Vitesse maximale : 316 km/h
0-100 km/h : 3,6 s
Consommation : 10,5 l/100 hm
Emission de CO2 : 250 g/km
Prix : A partir de 190.000 €

Ferrari California T

Motorisation : V8 à 90° et à injection directe
Puissance : 560 ch
Vitesse maximale : 316 km/h
0-100 km/h : 3,6 s
Consommation : 10,5 l/100 hm
Emission de CO2 : 250 g/km
Prix : A partir de 190.000 €

Ferrari California T

Ferrari California T

L’option HS, c’est la promesse d’un amortissement plus ferme, de 16 % à l’avant et de 19 % à l’arrière.

Ferrari California T

Dans la même lignée

Mercedes SLS AMG roadster. Un V8, 571 chevaux et une ligne qui ferait presque oublier l’absence de portière papillon… la Mercedes reste susceptible de faire les yeux doux aux potentiels amateurs de la California T. 209.000 €.

Dans la même lignée

La belle s’inscrit, en 2009, comme le coupé cabriolet le plus accessible de la firme de Maranello. Grâce au bolide, cette dernière conquiert deux tiers de nouveaux clients. Cinq ans plus tard, la California brigue d’autres attributs. A commencer par un T, qui vient compléter son nom ô combien onirique. T comme Turbo, le V8 de 3,8 litres au vrombissement si caractéristique. Cette sportivité n’est pas obtenue au détriment du confort… Loin s’en faut, quel que soit le terrain, circuit, autoroute ou route de campagne. La California T campe, en effet, l’équilibre parfait entre performance et polyvalence.

Forte de l’option Handling Speciale (HS), elle présente une solution sur mesure, des nouveaux réglages d’amortisseurs et des ressorts modifiés pour une plus grande rigidité du véhicule. « Un peu moins confortable », osent les détracteurs. « Plus sportive », argumentent les puristes. Et un son, à la mesure de l’ambition, qui augmente dans les mêmes proportions que le régime. En mode sport, les vitesses se passent plus vite. Et les amortisseurs magnétorhéologiques répondent mieux. Sur le front de l’accélération, l’efficacité prime, en sortie de virage et sur les routes dégradées notamment. Du changement aussi au niveau de l’échappement, reconnaissable immédiatement, à son « timbre complet, riche et présent », selon la marque.

Des détails dans le design de l’élégante et sophistiquée California T traduisent le caractère sportif de l’option Handling Speciale. La nouvelle calandre avant couleur « Grigio Ferro Met » tient la dragée haute au diffuseur arrière entrecoupé de barres et de conduits d’échappement noir mat. Le Salon de Genève, qui se tient du 03 au 13 mars 2016, devrait définitivement lever le voile sur la California T et son option Handling Speciale, plus rigide, plus performante, plus nerveuse.

Par Laetitia Rossi