Jean-Paul Gaultier au Grand Palais

Déjà présentée à Montréal, Dallas, San Francisco, Madrid, Rotterdam, Stockholm, New York, Londres et Melbourne, cette première exposition consacrée au couturier star s’enrichit pour sa dixième étape, d’installations spécialement conçues pour ce retour aux sources, à Paris.

Jean-Paul Gaultier vu par Pierre et Gilles à travers l’œuvre De la rue aux étoiles.

Jean-Paul Gaultier vu par Pierre et Gilles à travers l’œuvre De la rue aux étoiles.

La collection L’Homme Moderne automne-hiver 1996-1997 shooté par Nicolas Ruel.

La top Kristen McMenamy, rue de la Goutte d’Or en 1994, portant la collection French Cancan, prêt-à-porter automne-hiver 1991-1992.

Follement créatif et curieux, indissociable de sa légendaire marinière, Jean-Paul Gaultier s’est toujours emparé de l’air du temps pour revendiquer son droit à la différence. Détournements, métamorphoses et transgressions font partie du vocabulaire de sa maison de couture. Effaçant les frontières entre les cultures mais aussi entre les sexes, il créé une nouvelle androgynie tout en flirtant avec une mode « hypersexualisée ». Cette exposition considérée comme une création à part entière par le couturier rassemble - à travers un parcours thématiques composé de huit sections - 175 ensembles accessoirisés de haute couture et de prêt-à-porter, créés entre 1976 et 2015. De nombreux documents d’archives et des objets phares sont révélés pour la première fois au public. Croquis, vidéoclips, extraits de défilés et de films signés Pedro Almodovar, Luc Besson, Marc Caro ou Jean-Pierre Jeunet ; ainsi que des costumes de scènes dont le mythique body de Madonna ou des tenues d’Yvette Horner et de Mylène Farmer complètent cette exposition. Cet événement multimédia célèbre l’audace et l’esprit avant-gardiste de « l’enfant terrible de la mode » qui, sous couvert d’humour et de légèreté, véhicule un message social fort pour un monde sans discrimination.

Grand Palais Galeries Nationales, jusqu’au 3 août (www.grandpalais.fr).

Par Radia Amar